Parlons Forme #025 : Mieux gérer ses émotions grâce aux Fleurs de Bach

Si je vous parle d’extrait de plantes alors il est fort probable que vous pensiez immédiatement aux huiles essentielles.

Pourtant, l’utilisation des plantes ne s’arrête pas là et elles peuvent aussi être utilisées d’une autre façon, sous la forme d’élixir floraux que l’on appelle « Les fleurs de Bach » (ou remèdes de Bach).

Bach est le nom de ce médecin et homéopathe anglais qui, dans les années 1930, et conceptualisé et créé cette pratique thérapeutique qui s’appuie sur l’utilisation de ces élixirs afin d’avoir un impact sur le bien-être physique et/ou émotionnel des individus.

Edward Bach partant de l’hypothèse que l’équilibre émotionnel d’un individu peut avoir un impact direct, positif ou négatif, sur sa propre santé physique.

Afin d’en savoir plus sur ce sujet et obtenir des conseils pratiques sur la question, je vous propose d’écouter ma conversation avec Amira Calcagnile qui accompagne des femmes dans leur développement personnel et qui est conseillère en Fleurs de Bach.

Un univers nouveau (pour moi en tout cas) qui s’ouvre à nous et que je vous invite à découvrir.

Bonne écoute !

Au sommaire du vingt-cinquième épisode de Parlons Forme

Dans cet épisode vous allez découvrir

  • Qui est Amira Calcagnile et quel est son parcours ?
  • Qu’est-ce qui a poussé Amira à devenir conseillère en Fleurs de Bach ?
  • Pourquoi le Dr Bach n’a-t-il retenu que 38 élixirs floraux ?
  • À quoi sert exactement la Fleur de Bach ?
  • Les fleurs de Bach peuvent-elles être utilisées pour autre chose qu’en tant que traitement des émotions négatives ?
  • Est-ce que tout le monde peut bénéficier des vertus des fleurs de Bach ?
  • Quelle est la différence entre les fleurs de Bach avec du cognac et celles sans alcool ?
  • Comment faire notre propre mélange de Fleurs de Bach ?
  • Qu’est-ce que le remède d’urgence ou le rescue remedy ?
  • Et beaucoup d’autres choses…

Télécharger le résumé de l’interview

Liens cités dans cet épisode

Merci pour votre écoute !

Si vous souhaitez réagir à ce podcast, laissez un commentaire juste ci-dessous.

Si vous avez apprécié cet épisode de Parlons Forme (et le podcast en général), laissez une note et un commentaire sur iTunes (voir comment faire).

Votre avis compte beaucoup pour moi et les notes sont très importantes pour faire connaître le podcast et lui donner de la visibilité ! 🙂

Si vous avez déjà un compte, cela prend moins d’une minute, je compte sur vous 👍

Enfin, pour être sûr de ne rien louper, abonnez-vous sur iTunesYouTube ou toute autre plateforme de votre choix (voir les liens sous le lecteur) et ainsi vous serez automatiquement informé lors de la publication du prochain épisode.

Découvrir une autre discussion passionnante

Pour compléter cette interview, je vous propose de (re-)découvrir cette discussion avec Mai-Lan Ripoche où nous parlions de confiance et d’estime de soi.

Dans ce podcast, Mai-Lan nous donne de précieux conseils pour travailler sur ces deux notions qui sont essentielle si l’on a l’envie de progresser dans notre vie.

Episode à écouter ci-dessous ou téléchargez-le au format MP3 (Clic droit / Enregistrer sous…)

Accéder aux notes de cet épisode

Xavier : Bonjour Amira et merci de m’accompagner sur ce podcast.

Amira : Bonjour Xavier !

X : Alors pour commencer je te propose de te présenter pour exposer ce que tu fais et puis nous en dire un petit plus sur ton parcours.

A : Alors merci de m’accueillir. Je me présente, je m’appelle Amira Calcagnile. Depuis quelques années, je suis conseillère en Fleurs de Bach. Et je m’occupe également d’accompagner les femmes au niveau de leur développement personnel, un accompagnement qui va se situer au niveau du bien-être. J’aide plus particulièrement les personnes qui vont connaître ou qui ont vécu un burn-out pour les aider à se ressourcer puis à trouver des éléments dans leur quotidien qui vont leur permettre d’avoir une vie familiale et professionnelle plus épanouie.

X : D’accord. Alors ça c’est une voie que tu as décidé de suivre parce que ton parcours t’a mené à travers ces différentes épreuves ou est-ce qu’il y a un autre chemin qui t’a emmené vers tout ça ?

A : Oui tout à fait. J’avais un poste d’enseignante et directrice d’école, et puis la vie de famille, les complications du quotidien et c’est vrai qu’à un moment je me suis retrouvée dans une problématique moi-même d’épuisement professionnel. Et je me suis tournée vers différents outils de développement personnel que je connaissais déjà bien (le yoga, la méditation). Mais je me suis retrouvée à un moment confrontée à une résistance. Et tout doucement, je me suis orientée vers les Fleurs de Bach et la naturopathie. Et par ces biens-là, j’ai pu vraiment trouver des solutions pour être mieux dans ma vie personnelle et professionnelle. Et ensuite, j’ai voulu en faire mon activité pour en faire partager au plus grand nombre.

X : Et du coup ce sont les Fleurs du Bach qui t’ont emmené à la naturopathie ou c’est l’inverse ?

A : Oui en partie, tout à fait. Les Fleurs de Bach ont déjà été une première approche. Ensuite, j’ai entamé des études de naturopathie puisque les Fleurs de Bach sont un des versants en fait qu’on peut utiliser dans la naturopathie. C’est vrai que, par chance, j’ai maintenant un panel de nombreuses options qui s’offrent à moi pour aider au niveau du bien-être et de la gestion des émotions. Et un des outils qui me semblent le plus simples à mettre en place, ce sont les Fleurs de Bach.

X : Maintenant qu’on sait un petit peu plus sur toi, on va donc partir sur ce sujet-là. Alors pour quelqu’un qui ne connaît pas du tout le principe des Fleurs de Bach, est-ce que tu peux nous présenter tout ça ?

A : Oui tout à fait. Je vais vraiment essayer de faire simple pour expliquer au plus grand nombre comment fonctionne les Fleurs de Bach parce que quand on entend Fleur de Bach, souvent la première image qu’on va avoir c’est de voir des jolies fleurs. Alors effectivement les Fleurs de Bach ce sont des extraits de fleur. Le concept de Fleur de Bach a été développé par un docteur anglais. Un médecin qui était également homéopathe qui s’appelait le Dr Bach. Et il s’était rendu compte que dans la nature on avait de nombreuses possibilités d’améliorer son quotidien émotionnel. Et il a étudié énormément de possibilités de fleurs. Il s’est rendu compte que dans certaines fleurs, on pouvait retrouver une possibilité de guérir une émotion qui était contrariée. Une émotion négative qui empêchait la personne d’avancer.

Et ce médecin s’était vraiment intéressé aux Fleurs de Bach parce que pour lui, une émotion enfouie, une émotion négative ou une émotion douloureuse entraînait la maladie. Et c’est comme ça qu’il a trouvé dans la nature 38 fleurs différentes qui ciblent chacune une problématique, une difficulté particulière. Et comme procédé en fait, on va retrouver les Fleurs de Bach sous forme de gouttes la plupart du temps. On les prépare en forme d’élixir. Donc ce qui va se passer c’est que les personnes qui vont préparer leur Fleur de Bach ou bien les laboratoires vont ramasser des fleurs tout simplement. Ils vont les cueillir d’une certaine façon (je ne vais pas rentrer spécialement dans les détails). Mais c’est vraiment la préparation de cette fleur qui va permettre ensuite d’avoir un élixir qui pourrait être utilisé quand la personne ne se sent pas bien et en fonction de sa problématique propre.

X : Du coup pour se donner une idée, quand on voit si on l’achète en pharmacie ou en boutique d’une façon générale, ça ressemble un peu à des petites bouteilles d’huiles essentielles c’est ça ?

A : Oui tout à fait. Alors c’est plus fin en général. Mais comme c’est très sensible à la lumière et à la chaleur, effectivement on va avoir un contenant opaque comme les huiles essentielles. La différence c’est que souvent il va être indiqué Fleur de Bach, remède d’urgence. Et puis on va toujours avoir un compte-goutte puisqu’on va utiliser nos Fleurs de Bach principalement dans l’eau. Donc on aura toujours un petit flacon très simple avec un compte-goutte pour pouvoir utiliser ces petites fleurs.

X : D’accord. Tu disais qu’il y avait 38 élixirs floraux à l’heure actuelle, ça veut dire qu’historiquement le Dr Bach avait potentiellement testé des dizaines ou des centaines d’autres fleurs, mais il n’avait pas constaté les mêmes effets, c’est ça ?

A : Oui tout à fait. En fait, il a testé tous les élixirs floraux sur lui. Il a testé de très nombreuses fleurs. Des fleurs d’arbres, des fleurs qui poussaient un petit peu partout de manière sauvage, et il s’est rendu compte que certaines fleurs n’avaient aucune action thérapeutique sur l’équilibre d’une émotion. Parce qu’en fait la fleur de Bach va venir équilibrer une émotion. Par exemple en phytothérapie, on utilise beaucoup le tilleul qui a énormément de bien fait et de vertu. Et pourtant la fleur de tilleul n’a pas du tout était reprise par le Dr Bach. Il l’a étudié et il s’est rendu compte qu’elle n’avait aucun effet positif sur l’équilibre d’une émotion.

X : Je me dis que lui il a fait ses recherches à une période donnée dans une localisation très spécifique. Mais si on habite sur un autre continent où il y a d’autres fleurs, est-ce qu’il y a d’autres personnes qui ont essayé d’avoir une démarche un peu similaire ?

A : Oui oui ! À la suite des travaux de Dr Bach en fait il y a eu de nombreux courants qui se sont un petit peu développé dont justement les élixirs andins qu’on va retrouver plus du côté de l’Amérique du Sud. On a les élixirs du Bush australien. Et nous, on est vraiment resté sur les Fleurs de Bach parce que principalement, on est en Europe et que ce sont des fleurs qu’on va retrouver dans notre quotidien.

X : Si j’ai bien compris, tu disais qu’on a la possibilité de réaliser son propre élixir, c’est ça ?

A : C’est ça que je trouve vraiment très intéressant avec les Fleurs de Bach, c’est qu’en fait, à partir du moment où on va être un petit peu formé, qu’on va aussi de renseigner sur les fleurs, on va pouvoir réaliser son propre élixir. Et si on réalise son propre élixir, aussi bien financièrement que matériellement, ça va être beaucoup plus intéressant pour nous. Avec l’élixir de base qu’on va pouvoir acheter en pharmacie, on va pouvoir (si on est au minimum formé) se refaire plusieurs fois un flacon à l’aide de l’élixir original. En fait, c’est une dilution exactement comme en homéopathie, ce qui va compter si tu veux, ce n’est pas la quantité au niveau des fleurs que tu vas pouvoir mettre, mais ça va être le nombre de prises. Donc on peut faire son mélange soi-même. Et je peux tout à fait prendre le temps d’expliquer peut-être un peu plus tard dans notre petite conversation « Comment faire son propre mélange ? »

X : OK, très bien. On reviendra là-dessus. Ce qui peut être intéressant, c’est de parler des cas de figure où justement on peut être amené à se tourner vers les Fleurs de Bach.

A : En fait, on va voir énormément de cas de figure. Mais ce que je trouve ce qui ressort le plus maintenant par l’habitude c’est vraiment l’anxiété. Parce qu’on a quand même des situations où on se retrouve dans une vie plutôt stressante, plutôt trépidante avec de plus en plus de pressions. Et on a des Fleurs de Bach vraiment spécifiques qui vont pouvoir aider un petit peu la personne à lâcher son mental, à être plus dans l’instant présent. Donc cette problématique de l’anxiété elle est vraiment très importante. On a la problématique du sommeil, d’avoir des difficultés d’endormissement. Je travaille beaucoup aussi sur les peurs avec les Fleurs du Bach : peur identifiée, peur de passer des examens, peur de se lancer dans une nouvelle activité professionnelle, peur quand on est maman par rapport aux inquiétudes qu’on pourrait avoir sur nos enfants. On est vraiment sur toutes les émotions qui vont nous contrarier dans notre quotidien. Que ce soit la vie affective, la vie professionnelle, la vie sociale. Toutes les dimensions de la vie où on va avoir à un moment un blocage par rapport à nos émotions. On va avoir la chance de trouver une fleur qui va pouvoir équilibrer cette émotion.

X : Est-ce que tu peux nous donner 2-3 exemples de la vie. Imaginons si je veux combattre un tel type de stress, dans ce cas-là je pourrais m’orienter vers tel type d’élixir.

A : Oui bien sûr. Moi j’aime bien, en première approche en fait, proposer aux personnes qui ne connaissent pas du tout les Fleurs de Bach, mais qui me disent qu’elles ont quand même un petit peu d’anxiété, du mal à lâcher leur mental, je leur propose souvent la fleur du marronnier blanc qu’on va trouver sous le nom de White Chestnut. Le médecin était anglais, souvent vous allez trouver les fleurs sous leur nom anglais. Ce n’est pas un souci, moi je donne toujours le nom français et le nom anglais. Et la fleur du White Chestnut, la fleur du marronnier blanc qu’on voit au printemps qui sort sur les magnifiques marronniers, cette fleur va permettre vraiment aux personnes qui vont être toujours dans de la rumination, qui vont avoir du mal à s’endormir parce qu’elles sont trop stressées, tendu parce qu’elles n’arrivent pas à lâcher, de pouvoir lâcher et de profiter un peu plus du présent.

Donc ça, je trouve que c’est une fleur qui, en départ de thérapie florale, est très efficace et puis qui peut être très utile parce qu’une fois qu’on lâche le mental, on est plus dans le présent et puis on peut aussi se focaliser sur la problématique autre qui nous perturbe dans notre quotidien. Après on a aussi une fleur qui peut être très très utile quand on a cette anxiété, c’est la fleur du Mimelus, la fleur de la Mimule en français, qui est une très jolie fleur aussi très simple, mais qui va travailler sur toutes les peurs identifiées (avoir peur de changer de travail, ou les enfants qui vont avoir peur suite à un déménagement, peur d’aller à la piscine).

X : Est-ce que si j’ai peur des araignées par exemple..

A : Exactement ! Mais après si tu as vraiment peur d’une araignée, moi je propose une autre fleur qui est la fleur de Rock Rose parce que c’est vraiment la fleur de la terreur en fait. La fleur de Rock Rose c’est la fleur qu’on va donner aux gens qui vont : soit avoir une très grosse frayeur que ce soit avoir peur d’une araignée ou qui ont frôlé un accident de voiture ou quand un enfant fait une grosse chute et qu’il a très peur qu’il soit inconsolable ou un cauchemar. Là, on va donner cette fleur-là. Parce qu’on va plus l’identifier à une terreur si tu veux. Et ce qui est intéressant dans les Fleurs de Bach c’est qu’on travaille sur les familles. On a la famille des peurs. On a la famille des incertitudes. Tu as l’émotion, mais après, on a des sous-domaines parce qu’en fait on va voir chacun notre façon de réagir à une situation. Certains peuvent juste avoir une peur, mais d’autres peuvent avoir une peur panique. Donc en fonction de ça, on va adapter la fleur qu’on va recommander à la personne.

X : Tu nous parles de situation où finalement on est déjà dans une situation ou une émotion qui n’est pas très agréable et donc on utilise les Fleurs de Bach pour aller mieux. Mais imaginons que je suis dans un état normal on va dire, est-ce que les Fleurs de Bach peuvent me permettre aussi d’améliorer mes performances par exemple ?

A : Alors je dirai d’autant plus. Puisque les Fleurs de Bach agissent très bien sur l’aiguë comme l’exemple qu’on vient de donner. Mais elles agissent extrêmement bien aussi sur le fond, sur des problématiques qu’on peut avoir depuis des années, mais qui font partie de nous en fait. Alors sans changer notre personnalité, si par exemple tu veux être quelqu’un de très perfectionniste, mais à l’extrême. Et que du coup ça peut poser des problèmes à toi, à ton entourage, le fait d’être trop rigide, et bien dans ce cas-là on va avoir une fleur qui va permettre à la personne de lâcher un petit peu, d’être un peu plus souple, un peu moins rigide. Mais c’est un travail sur le fond. On va équilibrer le trait de caractère ou l’émotion de la personne. La fleur de Bach ne va jamais changer la personne, elle va juste lui permettre d’être elle-même, mais je dirai en version plus apaisée, plus sereine, et puis avec des travers moins imprégnant. Parce qu’on a tous des choses en notre personnalité qui font qu’on fonctionne comme ça aujourd’hui, mais qui peuvent soit nous poser problème pour avancer, soit poser aussi des problèmes dans la communication ou par rapport aux autres. Et c’est là que les Fleurs de Bach vont venir intervenir parce qu’elles vont agir en douceur, en équilibrant en fait le côté négatif de notre émotion ou notre trait de caractère.

X : Est-ce qu’il y a des études scientifiques qui vont dans le sens au-delà de l’expérimentation du Dr Bach (et puis je suppose qu’il y a des milliers de personnes qui les utilisent depuis le temps), est-ce qu’il y a eu des études qui ont été faites qui vont dans ce sens-là aussi ?

A : Justement. Parce que ça a quand même été un petit peu compliqué au début.

X : Je te coupe, excuse-moi. Quand est-ce qu’il a fait ces découvertes-là le Dr Bach déjà ?

A : Il y a plus de 100 ans. On vient de fêter son centenaire ou même plus. Et c’est ça qui est très intéressant. C’est qu’en fait, si on regarde aujourd’hui les émotions qui sont travaillées à l’heure actuelle avec les Fleurs de Bach (alors que ça date de plus de 100 ans), c’est impressionnant parce que l’âme humaine, on a eu beau changer, on a beau avoir de nouvelle problématique, on retrouve toutes les émotions et toutes les questions que l’homme se posait déjà il y a plus de 100 ans. Et finalement, malgré tout, ça reste d’actualité.

Mais effectivement pour prouver un petit peu l’efficacité des Fleurs de Bach, il y a des milliers d’études scientifiques et de recherche de travaux pour permettre en fait de vérifier la véracité de ces fleurs puisqu’on a fait toute une analyse sur la longévité de la fleur de Bach, sur des procédés scientifiques pour expliquer pourquoi la fleur de Bach fonctionne. Et finalement, il y a de nombreux procédés scientifiques qui ont été validés. Ce qui nous permet de dire aujourd’hui que les Fleurs de Bach ne sont pas un placebo. D’ailleurs on peut l’attester d’autant plus que les Fleurs de Bach fonctionnent sur les animaux et sur les plantes. Mais c’est vrai que c’est très intéressant de lire les études scientifiques et puis les procédés aussi qui sont mis en jeu par rapport à l’amélioration de certaines émotions négatives.

X : Tu viens de nous parler des animaux, des plantes, donc a priori tout le monde peut en bénéficier ?

A : Alors oui. Par contre, ce qu’il faut savoir quand même avec les Fleurs de Bach, il faut avoir l’honnêteté de le reconnaître, c’est que plus la personne va être engagé dans un chemin de vie et qu’elle va être âgée, plus les Fleurs de Bach vont mettre du temps à agir parce qu’on va travailler vraiment sur des schémas émotionnels. Si on utilise les Fleurs de Bach chez un bébé ou un jeune enfant, on va remarquer des résultats très très vite. Au bout de quelques prises, on va voir que l’enfant, si on essaie de travailler un petit peu la jalousie, très vite ce sentiment va s’apaiser. Par contre sur une personne qui est adulte, on va dire entre 50 et 60 ans, les Fleurs de Bach vont agir, mais plus lentement. Puisque comme on travaille quand même sur quelque chose qui est profond, qui est ancré chez la personne, on ne peut pas voir opérer un changement du jour au lendemain. Ça, ce ne serait pas honnête de dire qu’en prenant des Fleurs de Bach, on change tout du jour au lendemain. C’est faux. Ça se fait en douceur. Toutes les personnes peuvent les prendre, mais il faut quand même être assidu dans sa prise de fleur.

X : C’est comme le yoga quoi !

A : Oui ! Mais en fait c’est comme tout finalement. On est obligé de s’astreindre avec une certaine discipline parce que rien ne se fait par magie. Et même si on les appelle « les élixirs » et qu’il y a un côté où on se dit : « Bah, ça va soigner mon émotion », oui c’est vrai. Mais je dois prendre des fleurs 3-5 semaines pour voir un effet si j’ai un certain âge parce que mon fonctionnement il est là depuis des années et ce n’est pas en arrivant avec un coup de baguette magique que je vais changer les choses. Donc il faut quand même avoir une prise fréquente dans la journée. Moi, je recommande toujours 3-4 fois par jour et sur un cycle de 3 à 5 semaines. Et là on verra vraiment les effets se mettre en place, mais en douceur.

X : J’ai pensé à un certain cas de figures, t’as mentionné le fait qu’a priori pour les bébés ça pouvait être utilisé, mais est-ce que, par exemple, les femmes enceintes ou si on suit un traitement médical en particulier il y aurait éventuellement un effet ?

A : Alors justement j’allais t’en parler. Parce que pour les bébés et les femmes enceintes, déjà d’une part, les Fleurs de Bach contiennent une petite partie de cognac qui permet de stabiliser le mélange. Et là aussi il a été étudié de différentes façons, le cognac est vraiment un fixateur et permet au mélange de fleurs de tenir dans la durée. Donc pour les femmes enceintes et les bébés, moi je recommande d’utiliser des Fleurs de Bach sans alcool qu’on trouve également dans le commerce.

X : Et la différence ?

A : La différence c’est qu’elles n’auront pas d’alcool. Elles peuvent avoir une base d’érable pour les conserver. Mais malgré tout, la conservation va se faire en moins bonne qualité puisqu’il n’y a pas l’alcool qui va permettre d’éviter la prolifération de bactéries. Alors il faudra le conserver son mélange au frigo. Ensuite ce que je dis souvent aussi pour les bébés et pour les femmes enceintes, c’est qu’on peut utiliser les Fleurs de Bach d’une autre façon. C’est-à-dire que tu peux les mettre soit dans l’eau du bain, ce qui va permettre d’apporter un relâchement et une relaxation à la personne si elle est dans un état aigu de stress. Ou bien on peut se le mettre également en pommade. Il y a des petites crèmes qui existent, je pense, notamment en remède d’urgence qui lui est très efficace et qu’on peut utiliser de certaines façons quand on n’est vraiment pas bien. Se mettre un petit peu de pommade parce qu’on ne veut pas boire d’alcool ou qu’on est enceinte ou qu’on a un jeune bébé.

Et puis on les trouve aussi maintenant sous forme de granulé, un petit peu comme l’homéopathie. C’est plutôt intéressant et ce qui est surtout vraiment capital avec les Fleurs de Bach, c’est qu’en fait, comme ce n’est pas un médicament et qu’il n’y a pas de molécule chimique, on ne peut pas avoir de surdosage ni de contre-indication. Finalement, si une personne prend un traitement parce qu’elle n’est pas bien, que ce soit l’hypertension, ou des antidépresseurs, elle pourra tout à fait prendre ces Fleurs de Bach sans qu’il y ait de contre-indication ou d’effet secondaire. Et je pense que quand on est déjà dans un souci médical, c’est bien d’être tranquille par rapport à ça et de se dire que si on prend une aide pour aller mieux psychologiquement, on ne se rajoute pas des contraintes avec des interactions.

X : Carrément. En mode administration, on a parlé des gouttes. Tu parlais justement de créer, mais éventuellement j’ai vu qu’il y a avait des savons, des parfums mêmes qui existaient qui contenaient des granulés. Est-ce qu’en termes de prix, c’est à peu près équivalent ?

A : Oui c’est à peu près équivalent. Ce que je n’ai pas précisé aussi c’est que moi j’aime bien les utiliser en diffusion. Notamment quand je reçois des personnes qui sont très stressées, qui arrivent dans un état émotionnel, un petit peu contrarié, j’utilise un diffuseur. Mais alors par contre la contrainte c’est que si c’est un diffuseur où on a mis des huiles essentielles, il faut vraiment très bien le laver. Parce que les huiles essentielles pour le coup, elle adhère vraiment à la paroi et le mélange, huile essentielle et fleur de Bach ne sont pas très bonnes. La fleur de Bach va s’abîmer au contact de l’huile essentielle. Donc si on l’utilise en diffusion dans un diffuseur propre, en fait on va juste mettre 3 gouttes de la fleur dont on a besoin et pis on va laisser diffuser tranquillement. Et sinon au niveau du coût, le composé à boire va être moins cher parce que finalement, comme on va mettre très peu de gouttes pour notre utilisation quotidienne, on va pouvoir avoir un flacon qui dure d’autant plus, et après on fait nos propres mélanges.

X : Alors justement tu nous as proposé tout à l’heure de revenir sur le sujet : « Comment peut-on faire pour réaliser soi-même son mélange, tu peux nous en dire un peu plus ?

A : Alors dans ce cas si on a envie de mélanger son mélange, ce qui est sur le long terme vraiment très intéressant, on va déjà réfléchir aux fleurs qui nous correspondraient le mieux. Si on a du mal à le faire, soit on se fait aider par un ami qui va nous dire oui c’est vrai que tu as telle ou telle problématique, mais en général on se connaît aussi assez bien pour savoir, pour connaître nos problématiques récurrentes. Et ça va devenir intéressant si on a besoin d’utiliser plusieurs fleurs pour soi, ou pour sa famille. Du coup je conseille aux gens d’acheter en magasin les fleurs dont ils ont besoin. Je conseille de mettre 5 fleurs au maximum. Parce qu’on ne peut pas non plus travailler trop d’émotions à la fois. Si on travaille bien sur le fond 5 émotions, 5 traits de caractère qui nous perturbent, et puis en général s’ils sont en lien, ce n’est pas mal. Quand les gens veulent faire leur propre mélange, je leur dis d’aller jusqu’à 5 fleurs maximum.

Donc on va acheter ces petites fleurs en pharmacie, parapharmacie ou en magasin bio. On les trouve assez facilement maintenant dans le commerce. Et puis on va s’acheter aussi un flacon vide qui nous permettra de conserver notre mélange. Il va nous falloir un petit peu d’alcool, donc du cognac bio. Quand on fait son mélange alcoolisé si on n’a aucune pathologie et puis si on n’est pas enceinte. Et puis il nous faut également de l’eau de source très peu minéralisée. Parce que c’est pareil, si on a trop de minéraux, on va abîmer un petit peu la fleur de Bach.

À partir de là, j’ai mes flacons de Fleurs de Bach que j’ai achetés en magasin. J’ai mon flacon vide, ma bouteille d’eau, et un petit peu de cognac. Et là je vais faire mon propre mélange. C’est-à-dire que je vais extraire de chaque flacon de fleur de Bach, 5 gouttes. Tout simplement : 5 gouttes de la fleur de Bach dont j’ai besoin que je vais mettre dans mon flacon vide. Et je vais faire ça, ainsi de suite. Si j’ai besoin de 3 fleurs, je vais utiliser 3 fleurs. Donc je vais faire 3 x 5 gouttes. Ensuite je mettrai tout simplement 1/4 (grand maximum) de cognac bio. J’insiste parce que s’il n’est pas bio, c’est pareil, les pesticides vont complètement abîmer le mélange.

X : 1/4 par rapport à la taille du flacon qu’on a c’est ça ?

A : Par rapport à la taille du flacon initial. Alors en général pour une cure de 3 à 5 semaines ; je recommande de prendre un flacon de 30 ml. Comme ça on est sûr d’aller au bout du flacon. Après j’expliquerai comment les prendre pendant la journée. Et voilà, on met un petit quart de cognac dans son flacon. Vous verre quand on l’utilise, ça ne représente pas finalement tant que ça. Et on complète avec de l’eau de source. Alors attention à ne pas vraiment aller tout au bout parce que quand on ferme le flacon, on en met partout. Et voilà. On étiquette son mélange. Et il est prêt à être utilisé, tout simplement. Donc ce n’est vraiment pas très compliqué.

X : Et ça se conserve comment et combien de temps ?

A : Alors une fois qu’on a ce flacon, on va faire très attention à la conservation. On va éviter de mettre ses fleurs près d’une source de chaleur. Parce que les Fleurs de Bach craignent la chaleur. Pareil, tout ce qui est box internet, wifi tout ça, on évite de mettre les Fleurs de Bach à côté. Le mieux, ce que je conseille, c’est de laisser ses fleurs de Bach dans un placard. Le placard de la cuisine ou de la salle de bain. Comme ça on est tranquille. Et on va se préparer une bouteille d’eau pour la journée. On va se mettre le matin, par exemple 5 gouttes dans une bouteille d’eau.

X : 5 gouttes du mélange qu’on vient de se faire ?

A : Exactement, 5 gouttes du mélange qu’on vient de se faire et juste avant de mettre les gouttes dans la bouteille, on va dynamiser le mélange. Parce que les Fleurs de Bach fonctionnent un peu comme l’homéopathie. Quand on dynamise le mélange, ça va donner une énergie aux Fleurs, et du coup elles vont être plus efficaces. Ça aussi ça a été étudié, le processus de dynamisation sur les études scientifiques. Et voilà, on met nos petites gouttes dans notre bouteille d’eau. On range son flacon, comme ça il est à l’abri, il ne se renverse pas dans le sac, il ne se casse pas. Et on part pour la journée avec la bouteille d’eau. Et du coup on va boire tant qu’on en ressentira le besoin. Je conseille toujours les gens de boire 3-4 fois par jour de prendre les fleurs. Mais quand on a une bouteille d’eau, on va les boire beaucoup plus souvent. Et l’action des fleurs va être plus importante. Ce qui va compter vraiment, c’est le nombre de prises.

X : Après on peut partir du principe que si on a bu notre bouteille d’eau d’un litre dans la journée, on a fait nos 3-4 prises, a priori c’est bon quoi ?

A : Oui. Par contre quand même, ce que je conseille malgré tout, c’est que si la personne est dans un état émotionnel vraiment difficile, vraiment négatif, je recommande également de boire juste au moment du couché un verre d’eau avec 2 gouttes tout simplement de Fleur de Bach et d’aller se coucher. Parce qu’au moment du sommeil, on va aussi avoir un processus de relâchement inconscient qui va se faire et les Fleurs vont avoir une action bénéfique. Donc si la personne vraiment ne se sent pas très bien, elle peut reboire un verre d’eau au moment du coucher. Et puis il n’y aura pas de surdosage. Mais en faisant vraiment ça, en mettant ce nombre de gouttes, finalement notre flacon va vraiment nous suffire pour aller sur une thérapie de 3 à 5 semaines. Et du coup financièrement ça va être beaucoup plus intéressant parce qu’il va nous rester les flacons presque intacts de fleurs. On pourra les réutiliser pour d’autres problématiques ou même si on souhaite faire découvrir à nos proches ou à des amis. On commencera vraiment à développer aussi une connaissance un peu plus fine des fleurs.

X : Et du coup ces flacons-là, forcément on les ouvre pour créer notre mélange, mais eux aussi peuvent se conserver des mois ou des années ?

A : Oui, ça se conserve très longtemps. Si on respecte les procédés de conservation, c’est-à-dire, si on les met à l’abri de la lumière, et surtout ce qui est important c’est qu’il n’y ait pas de contact direct avec la langue, avec la pipette. Parce qu’à partir du moment où la personne va vouloir prendre ses gouttes, directement à même la bouche, je dirai que la pipette du flacon va toucher la langue de la personne, là pour le coup le flacon est bon à jeter. Parce qu’il va y avoir une prolifération bactérienne et on va avoir au bout de quelques jours un dépôt au fond du flacon. Et si on voit qu’il y a un dépôt sur nos Fleurs de Bach, en ben là on jette. Elles ne sont plus bonnes, elles deviennent mauvaises. Mais sinon on les conserve très bien à l’abri de la lumière. Et puis sur une durée qui peut être quand même *ma foi* plutôt intéressante.

X : OK, et du coup au pire des cas, qu’est-ce qui se passe si on dépasse ? Il peut y avoir d’éventuels effets secondaires si on prend les fleurs qui sont « périmées » ?

A : En fait si elles sont périmées parce qu’on voit qu’il y a eu du dépôt qu’on a quand même prévu, on n’est pas à l’abri d’avoir attrapé un petit microbe qui ne nous plaît pas trop donc... Vraiment, moi je conseille toujours, si la personne voit un dépôt dans ses fleurs, elle les jette. Ce n’est pas la peine de prendre des risques inutiles et d’attraper quoi que ce soit. En fait c’est comme si on prenait quelque chose de périmé finalement donc il n’y a pas d’intérêt. Mais si la personne respecte bien les procédés de conservation, elle n’aura aucun souci, elle verra que ses fleurs ne sont pas trouble, et qu’elle peut les utiliser sans problème. C’est parce qu’on a le cognac en fait qui permet cette conservation.

X : Et je me demandais, peut-être que d’ailleurs il existe aussi des mélanges tout près qui combinent déjà plusieurs fleurs en fonction de telle ou telle problématique ?

A : Eh bien, déjà, on a le plus connu dont je parlais tout à l’heure, c’est le « Rescue Remedy » ou le Remède d’Urgence.

X : Je me le suis noté pendant que tu parlais, à quoi ça correspond exactement ?

A : Alors, le remède d’urgence en fait c’est un remède de 5 fleurs, qui ont été mises ensemble par le docteur Bach aussi parce qu’il s’est rendu compte que ces 5 fleurs ensemble pouvaient aider les gens dans toutes les situations de stress intense. C’est un remède qui contient une fleur contre la terreur, notamment la Rock Rose dont on a parlé tout à l’heure, une fleur pour la peur, une fleur pour l’anxiété vraiment importante et une fleur pour les pensées qui cheminent sans arrêt. Donc, on a ce mélange de fleurs qu’on va utiliser quand, vraiment, la personne va être dans un stress aigu. Moi je le conseille sur de l’aigu. Ça va être un étudiant qui va passer son bac, permis de conduire, ou suite à une chute ou suite à l’annonce d’une très mauvaise nouvelle, et on va prendre un peu ce remède d’urgence. Moi je l’utilise vraiment, il est toujours dans mon sac à main, c’est un peu comme l’arnica qu’on a pour les enfants en bas âge qui tombe tout le temps, j’ai toujours aussi le petit rescue remedy avec moi. Et ce qui peut nous servir dans le quotidien. Donc ce remède-là, je trouve qu’il est plutôt pas mal.

Et si je dois en conseiller un sur un usage, on va dire au quotidien, pour quelqu’un qui débute dans les fleurs de Bach et qui a envie d’un usage familial, je dirai ce serait vraiment ce composé-là. Ensuite, les composer on en trouve chez certains laboratoires, chez certains fabricants qui vont vraiment travailler certaines dominantes émotionnelles. Mais ça va être plus généraliste pour le coup, on va avoir par exemple un composé anxiété, un composé sommeil, un composé stress. Après, tout va être plus ou moins décliné au niveau de la forme si tu veux. Mais moi ce que j’aime bien justement dans ces petites fleurs de Bach, c’est qu’on est sur quelque chose de très personnalisé, donc à part le remède d’urgence je trouve que c’est vraiment bien que chaque personne s’approprie les fleurs qui les conviennent le mieux. Alors pour ça c’est vrai qu’il faut se connaître un petit peu, et puis il faut connaître un petit peu les fleurs. Mais maintenant avec la magie d’internet, même si on ne s’y connaît pas beaucoup, on trouve facilement des aides sur les fleurs de Bach, on peut se faire conseiller par une conseillère en fleur de Bach, on trouvera toujours la possibilité d’avoir quelque chose de très personnalisé pour soi.

X : Oui je suppose que ce n’est pas très difficile de trouver l’information justement, telle fleur correspond à tel type de situation et donc ensuite d’adapter en fonction de ces besoins en suivant notamment les recommandations que tu as pu nous donner juste avant pour après faire son propre petit mélange.

A : Oui et puis ce qui est très intéressant c’est quand on va vraiment lire le descriptif d’une fleur qui nous parle, on va vraiment avoir l’impression que la fleur est faite pour nous. Alors, au départ, si on lit les 38, on va se dire : « Non, mais elles sont toutes pour moi ! » On a tous des choses plus ou moins importantes. Je prends mon temps, je regarde et il y a quelque chose qui va me faire « Tilt » en se disant « Ah oui là je trouve que ça me ressemble » parce que ce qui est intéressant, c’est qu’on va vraiment voir le côté négatif et ensuite dans la description des fleurs, souvent on a le côté équilibré, ce qu’on recherche en fait. Donc c’est vrai que ça nous permet de voir vraiment autant dans le descriptif négatif que dans le descriptif positif de l’étude de la fleur. Voilà on se dit : « Ah oui, là ça me parle. Bon là non, ce n’est pas tout à fait moi ». Donc ça nous aide quand même à faire notre démarche et puis à nous dire « Ah oui, bah là, cette fleur-là je peux la mettre de côté, peut-être éventuellement pour plus tard, mais là ma priorité ça va être de gérer mon anxiété, de gérer ma jalousie, de gérer mes crises de colère. On a vraiment des fleurs très intéressantes pour la colère, l’anxiété, toutes les émotions qui nous perturbent au quotidien en fait.

X : Et du coup, est-ce que le fait de se faire une cure, donc là tu disais de 3 à 5 semaines par exemple, est-ce que potentiellement, alors je suppose qu’il n’y a pas de réponse toute faite et qu’effectivement ça s’adapte en fonction des gens qui le font, mais est-ce que le simple fait de faire une “cure de fleurs de Bach” ça se suffit à... Voilà, c’est une solution qui se suffit à elle-même ou est-ce que tu recommandes aussi à côté de faire d’autres choses ? Et si oui, quelles seraient ces autres choses ?

A : Alors oui, c’est vrai que ça dépend vraiment de la problématique de la personne, parfois quand je vois des gens qui sont vraiment, je dirai en veille de problème important ou de trouble émotionnel lourd, oui on sait que les fleurs de Bach vont être un allié, mais que la personne aura aussi besoin d’autres choses pour pouvoir être plus aux claires faces aux situations qui la parasite, la fleur de Bach va être un bon complément. Toutefois si une personne est vraiment bloquée dans une problématique très particulière, c’est toujours important d’aller voir un spécialiste et de se faire accompagner au mieux. Et puis parfois, on a des personnes qui ont des problématiques vraiment précises, et à ce moment-là, si on travaille la problématique avec les fleurs de Bach et que finalement la personne se trouve satisfaite en se disant » je n’ai plus à être problématique » parfois les gens ne reprennent plus de fleurs de Bach pendant des années. Ça va vraiment dépendre de l’histoire personnelle de chacun. Et puis aussi du pourquoi la personne vient prendre des fleurs ?

X : OK et dans ce cas-là, qu’est-ce que tu proposes justement pour aller plus loin que les fleurs de Bach ?

A : Moi j’aime bien proposer des choses très simples aux gens, comme la cohérence cardiaque, je ne sais pas si tu connais. Je trouve que la cohérence cardiaque ça va très très bien avec les fleurs de Bach. Pour moi, c’est quelque chose, quand on est dans une démarche de gestion des émotions, tout travail sur la respiration va être fondamental aussi, on ne peut pas se passer de faire un nettoyage émotionnel si on n’apprend pas aussi à gérer sa respiration, à gérer aussi ses émotions. J’aime bien aussi proposer la méditation en pleine conscience, quand les gens sont un petit peu volontaires, et puis quelque chose qui aide aussi beaucoup. Même si ce n’est pas des fleurs, c’est l’exercice physique pour vider aussi sa tête. Donc voilà, quand les gens viennent et qu’on fait vraiment une approche globale sur le bien-être, moi je vais parler de tout ça et puis aussi... Bon là, il faudrait faire des dizaines de podcasts... Tous les équilibrages alimentaires qui peuvent nous aider dans notre quotidien à aller mieux.

X : Ça fait partie des sujets qu’on a pu aborder aussi dans le podcast effectivement.

A : L’alimentation en santé qui permet quand même aussi, au niveau de la gestion des émotions eh bien, de se sentir mieux. C’est vrai que moi j’aime bien quand je sens qu’il y a un contact positif avec les gens, et que je sens que la personne est ouverte, c’est vrai que j’aime bien parler de ces choses-là en disant : « Bon eh bien, autant une perche, on sème une petite graine. »

X : Oui, puis en plus comme c’est des gens avec qui, enfin je suppose que tu ne les vois pas forcément toutes les semaines pendant le temps de la cure, enfin je ne sais pas comment ça se passe d’ailleurs.

A : Alors en général, on se voit déjà une fois, où là on a un long premier rendez-vous où la personne expose ce qu’elle dit, ses attentes, pourquoi elle est là. Et puis ce qu’elle ne me dit pas aussi parce qu’on ne parle pas quand on ne connaît pas quelqu’un, on ne va pas raconter sa vie. Il y a beaucoup de choses qui se déroulent au fur et à mesure de la séance et de l’entretien du coup, moi j’ai besoin d’un peu de temps pour m’imprimer de la personne, et de son ressenti et puis de ses émotions. Donc en général, le rendez-vous dure plutôt une bonne heure, 1 h 15 ou là, on prend le temps d’échanger. À la suite de ça, moi je lui fais son mélange personnalisé, et puis il prend le remède pendant 3 à 5 semaines. Ensuite, c’est elle qui décide si elle souhaite qu’on se recontacte par la suite parce qu’elle sent qu’il y a d’autres choses à travailler, ou bien, si tout est réglé parfois on reste en contact et puis, j’ai des retours en me disant « Ca a fonctionné, » je me sens mieux, je sens que j’en ai plus besoin, ou bien « ça a fonctionné, mais maintenant j’ai tel trait de caractère qui ressort et j’aimerai aussi qu’on puisse travailler là-dessus. » C’est vraiment en fonction des personnes.

X : Puisqu’en général, finalement, ça va être un premier pas vers cette démarche de prendre plus soin de sa santé, d’être plus attentif aux réactions de son corps, ses émotions et tout ça, et donc finalement sur d’autres choses c’est ça ?

A : Oui tout à fait. En général, ça ouvre vraiment les personnes sur d’autres champs, et sur le fait d’être davantage à l’écoute de son corps et de ses émotions.

X : Ça marche. Eh bien, c’est cool. Voilà, on a fait un bon tour et une bonne introduction pour les gens qui veulent découvrir le sujet, et si jamais ils veulent en savoir plus, sur les fleurs de Bach et puis éventuellement les autres choses que tu proposes, est-ce que tu peux nous dire où est-ce qu’ils peuvent aller pour en savoir plus sur tes activités ?

A : Oui tout à fait, moi j’ai ma page Facebook en fait qui s’appelle l’Harmonie par les fleurs de Bach. Et sur cette page, j’essaie de donner des petits conseils, des petites astuces, et puis de faire partager aussi des connaissances par rapport aux fleurs de Bach. Et puis on peut me contacter très facilement par ce biais-là.

X : C’est parfait ! Merci beaucoup !

A : Merci à toi !

  • Partager cet article

Commentaires

Laissez un commentaire

2017 - 2018 © ExtraForme.fr - Mentions légales