Parlons Forme #040 : Pourquoi limiter votre consommation de produits transformés ?

Au sommaire du quarantième épisode de Parlons Forme

Dans cet épisode vous allez découvrir

  • Pourquoi les industriels mettent autant de sucre et de gluten dans leurs produits ?
  • Quelles sont les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour notre consommation de sel ?
  • Quelle est la consommation moyenne des Français ?
  • En quoi les produits transformés favorisent une sur consommation de sel ? Quelles en sont les conséquences sur votre santé ?
  • Par quoi remplacer le sel pour booster les saveurs de vos plats ?
  • Pourquoi les produits transformés contiennent surtout du mauvais gras ?
  • Quels sont les atouts des gras « trans » pour les industriels ? Et les conséquences néfastes sur la santé des consommateurs ?
  • Les additifs alimentaires, c’est quoi ?
  • Faut-il craindre d’en consommer en trop grande quantité ? Quid de l’effet cocktail ?
  • Manger « bio » est-il une bonne solution pour limiter votre exposition aux additifs et polluants alimentaires ?
  • Comment adapter votre alimentation pour limiter les produits transformés et prendre soin de vous ?
  • Et bien d’autres choses…

Liens cités dans cet épisode

Merci pour votre écoute !

Si vous souhaitez réagir à ce podcast, laissez un commentaire juste ci-dessous.

Si vous avez apprécié cet épisode de Parlons Forme (et le podcast en général), laissez une note et un commentaire sur iTunes (voir comment faire).

Votre avis compte beaucoup pour moi et les notes sont très importantes pour faire connaître le podcast et lui donner de la visibilité ! 🙂

Si vous avez déjà un compte, cela prend moins d’une minute, je compte sur vous 👍

Enfin, pour être sûr de ne rien louper, abonnez-vous sur iTunesYouTube, Spotify ou toute autre plateforme de votre choix (voir les liens sous le lecteur) et ainsi vous serez automatiquement informé lors de la publication du prochain épisode.

Découvrir un autre épisode de Parlons Forme

Pour compléter cet épisode, je vous propose de (re-)découvrir cet épisode où je vous donne 4 bonnes raisons de limiter votre consommation de sucre.

Que ce soit pour votre poids ou votre esprit, une trop grande consommation de sucre est mauvais pour votre santé.

Episode à écouter ci-dessous ou téléchargez-le au format MP3 (Clic droit / Enregistrer sous…)

Accéder aux notes de cet épisode

Si vous avez écouté attentivement les précédents épisodes de ce podcast alors je n’ai pas besoin de vous expliquer pourquoi vous devez éviter autant que possible les produits alimentaires transformés.

Comme nous l’avons vu, l’écrasante majorité de ces produits contient à la fois du gluten et du sucre.

Des produits ajoutés par les industriels, non pas pour favoriser votre bonne santé et vous aider à vous sentir rassasié après votre repas, mais pour :

  • Compenser la faible qualité et l’absence de goût de la plupart des ingrédients qui ont été utilisés pour la préparation de ces plats.
  • Profiter de l’effet addictif de ces substances pour vous donner envie de manger plus et donc d’acheter plus.

Si j’ai réussi à vous sensibiliser à l’idée d’éviter de consommer du gluten et/ou du sucre, alors cela devrait être suffisant pour que vous décidiez de privilégier des aliments frais et naturels dans votre alimentation.

Si ce n’est pas le cas, alors ce que nous allons voir ensemble aujourd’hui devrait, je l’espère, finir de vous convaincre.

Premier point, le sel.

Tout comme le sucre, la majeure partie de notre consommation de sel se fait par l’intermédiaire de produits transformés qui sont remplis de « sel caché ».

Pour vous faire une idée, sachez que l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) recommande une consommation maximale de 5 grammes de sel par jour. Malheureusement, nous sommes encore loin de cet objectif puisqu’aujourd’hui en France un homme consomme en moyenne 8.7 grammes et une femme 6.7 grammes de sel par jour.

Une consommation qui baisse au cours des années, mais qui est tout de même bien éloignée des recommandations de l’OMS ou encore des véritables besoins de notre corps qui lui a simplement besoin d’un ou deux grammes de sel par jour.

La surconsommation de sel peut avoir des conséquences graves sur votre santé puisqu’il est aujourd’hui reconnu comme un des facteurs de risque d’hypertension artérielle et de maladies cardio-vasculaires, ainsi que d’autres maladies, dont le cancer de l’estomac. Une consommation excessive pourrait augmenter l’élimination urinaire du calcium et favoriser ainsi l’ostéoporose, une maladie provoquant la fragilisation des os.

En supprimant ou limitant les produits transformés de votre alimentation, vous pouvez réduire de façon radicale votre consommation de sel. Ainsi, il n’est pas nécessaire de jeter votre salière, ajouter du sel dans vos petits plats mijotés maison vous permet d’en faire ressortir le goût sans subir les conséquences d’une trop grande consommation de sel.

De plus, si vous trouvez que vos plats sont trop fades lorsque vous n’y mettez pas de sel, pensez à ces deux options parfaitement recommandées dans votre Alimentation Idéale : les herbes et les épices. Les différents types de vinaigres ou encore le jus de citron peuvent aussi être une solution pour apporter une touche d’acidité et de goût dans certains de vos plats.

Deuxième point, les produits transformés contiennent trop de « mauvais gras ».

Je vous en parlerai plus longuement dans un prochain épisode, mais sachez qu’il existe différents types de gras. Certains vous veulent du bien (oui, tous les gras ne sont pas à bannir) et d’autres sont néfastes pour votre santé. Sachez donc que la plupart des matières grasses contenues dans les produits transformés appartiennent à la seconde catégorie pour la simple et bonne raison qu’elles coûtent moins cher.

Nous pouvons notamment citer l’huile de tournesol qui est aujourd’hui la reine des huiles des plats préparés. Cette huile étant très riche en oméga-6, elle risque d’entrainer un déséquilibre dans le rapport avec les oméga-3 et favoriser l’inflammation de votre corps.

Ces plats peuvent aussi contenir des acides gras trans. Ils ont le gros avantage (pour les industriels) de faciliter la préparation et augmenter la durée de conservation des produits transformés. Pas de chance (pour les consommateurs), les acides gras trans ont été formellement identifiés comme dangereux pour la santé cardiovasculaire, car ils entrainent une augmentation du « mauvais » cholestérol (LDL) et une baisse du « bon » cholestérol (HDL).

L’utilisation de ces acides gras trans est donc maintenant réglementée en France et l’OMS milite pour leur interdiction pure et simple partout dans le monde. Nous avons là encore un bel exemple de la « bienveillance » de nos amis industriels qui sont parfaitement conscients et informés des effets néfastes d’un tel produit, mais qui n’arrêteront de l’utiliser que le jour où ils y seront obligés par la loi. La santé du consommateur et le principe de précaution dans tout ça ? On verra ça plus tard...

Troisième point, les produits transformés contiennent trop d’additifs alimentaires.

L’usage des additifs alimentaires n’est pas nouveau et nos ancêtres connaissaient déjà les techniques à employer pour renforcer le goût, conserver ou améliorer la présentation d’un aliment. Le sel est le tout premier additif alimentaire utilisé il y a déjà plusieurs milliers d’années. La donne a complètement changé au cours des dernières décennies avec le développement de l’industrie agroalimentaire.

Des additifs autrefois naturels sont devenus synthétiques et sont maintenant omniprésents dans tous les produits alimentaires transformés. Il en existe aujourd’hui plus de 350 qui sont répertoriés dans 23 catégories différentes. Ce sont les fameux E129, E220 ou encore E620 que vous pouvez retrouver dans la liste des ingrédients des produits que vous achetez. La liste suivante est plus claire que ces codes un peu barbares, ce sont :

  • Les conservateurs,
  • Les émulsifiants,
  • Les épaississants,
  • Les exhausteurs de goût,
  • Les édulcorants …

Bien sûr, ces additifs sont testés avant d’être intégrés dans des produits destinés aux hommes comme aux animaux. De plus, ils sont présents en quantité minime dans les produits de notre quotidien. Ainsi, il est assez peu probable de dépasser la dose journalière admissible sauf à manger de grosses quantités d’un même aliment. Cependant, deux questions se posent.

Premièrement, imaginons que vous consommez chaque jour, plusieurs fois par jour, des aliments transformés. Il n’est alors pas improbable, avec la multiplication des prises alimentaires, que vous cumuliez et dépassiez cette fameuse dose journalière admissible pour certains additifs.

Imaginons que vous mangez le repas suivant :

  • En entrée : Soupe de légumes en brique,
  • En plat : Poulet basquaise et riz acheté tout prêt,
  • En dessert : Une crème dessert

Nous avons là un repas qui paraît tout à fait correct et inoffensif. Pourtant, en mangeant un repas de ce type vous ingérez aussi une grande quantité d’additifs alimentaires variés : des conservateurs et antioxydants, des épaississants, des stabilisants ainsi que des exhausteurs de goût.

Un constat qui nous amène tout naturellement à notre deuxième question : qu’en est-il de l’effet « cocktail » ? Chaque additif est testé en laboratoire de façon individuelle. Il est aujourd’hui impossible de tester toutes les combinaisons des additifs alimentaires entre eux (plus de 350 !). Pour autant, ces combinaisons se font chaque jour au sein de votre corps.

Ajoutez à cela la présence toujours plus importante de substances chimiques et autres contaminants alimentaires (insecticides, fongicides, désherbants et autres OGM) et vous avez là un cocktail parfait dont nous n’avons aucune idée des conséquences pour notre corps sur le long terme.

Il est important de se poser ces questions, car même si les additifs présents dans les produits transformés sont autorisés, cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas sans effets sur votre santé. Bon nombre d’entre eux peuvent provoquer des intolérances ou, plus rarement, des allergies. Ils peuvent aussi avoir des effets néfastes sur le cerveau. À la fois en détruisant ses neurones (merci les excitotoxines), mais aussi parce qu’ils sont addictifs. Difficile alors de contrôler sa faim et de manger autre chose que des produits transformés.

Quatrième point… et le bio dans tout ça ?

Vous faites bien de poser la question, car même s’ils sont moins nombreux, les additifs alimentaires sont aussi présents dans les produits transformés « bio ». Une cinquantaine d’additifs alimentaires sont actuellement autorisés pour les produits « bio » dont les fameux E250 (nitrite de sodium) et E252 (nitrate de potassium) qui sont classés dans la « liste rouge » des additifs à risque pour la santé.

Ces additifs sont autorisés pour la fabrication des charcuteries labélisées biologiques dans certains pays européens, dont la France (mais ils sont interdits en Belgique ou en Allemagne par exemple, comme quoi il est aussi possible de faire sans).

Le « bio » permet donc de limiter votre exposition aux additifs ainsi qu’aux contaminants alimentaires, mais il faut rester vigilant et se méfier du « bio industriel » vendu en grande surface. Le prix est souvent attractif, mais il n’y a pas de miracle, leur valeur nutritionnelle est généralement moins intéressante. On peut y retrouver de grandes quantités de graisses de qualité médiocre par exemple.

---

Pour résumer : trop de sel, trop de sucre, trop de mauvaises graisses, du gluten, des additifs alimentaires… la liste des produits à éviter au sein des aliments transformés commence à être longue. Je dirais même qu’elle est déjà bien trop longue et si vous cumulez l’ensemble des effets indésirables sur votre santé alors vous avez bien conscience qu’il est nécessaire d’éviter au maximum de consommer ce type de produits.

Il ne faut pas être dupe et extrémiste et espérer ne plus jamais en manger pour le restant de vos jours, mais il est important de s’organiser afin de ne plus dépendre de ce type de préparation dans votre quotidien. Sache que oui, il est possible de préparer des repas sains et bons sans y passer des heures !

S’il vous arrive, une fois de temps en temps, de manger ce type de produit, ce n’est pas la fin du monde non plus. Le caractère exceptionnel permet d’éviter l’effet cumulé et si vous une alimentation de qualité au quotidien, votre corps pourra gérer ce genre de « dérapage » sans que cela n’ait d’effets sur le long terme.

Vous avez envie de Brûler du gras et d'Avoir plus d'Énergie tout en prenant soin de votre Santé sur le long terme ? Alors rendez-vous sur le site alimentationideale.com. Vous pourrez obtenir ce type de bénéfices et bien d’autres sans avoir à vous affamer, compter les calories, ni passer des heures en cuisine !

Comment ? Grâce à la découverte du type d’alimentation qui VOUS correspond parfaitement, VOTRE Alimentation Idéale. Pour tout savoir sur ce programme d’accompagnement en ligne, rendez-vous maintenant sur le site alimentationideale.com ou sur la page de note de ce podcast extraforme.fr / 40.

Dans tous les cas, je vous souhaite une très belle semaine et je vous dis à très vite pour le prochain épisode. Ciao !

  • Partager cet article

Commentaires

Laissez un commentaire

2017 - 2019 © ExtraForme.fr - Mentions légales