Parlons Forme #041 : Devez-vous manger des produits laitiers ?

Au sommaire du quarante et unième épisode de Parlons Forme

Dans cet épisode vous allez découvrir

  • Quel est le pourcentage de la population mondiale qui digère correctement le lait ?
  • Pourquoi certains peuples se sont adaptés plus largement que d’autres ?
  • Pourquoi le lait industriel n’est pas forcement bon pour votre santé ?
  • Quels sont les traitements apportés au lait pour en faire un produit de grande consommation et de longue conservation ?
  • Quels sont les deux éléments qui peuvent poser problème lors de sa digestion ?
  • Quelles sont les conséquences néfastes en cas de problème ?
  • Pourquoi le lait n’est pas indispensable pour avoir des apports suffisants en calcium ? Par quoi le remplacer ?
  • Quels autres facteurs jouent sur l’assimilation du calcium par votre organisme ?
  • Quels sont les bénéfices majeurs lorsque vous adaptez votre alimentation aux besoins de votre corps ?
  • Et bien d’autres choses…

Liens cités dans cet épisode

Merci pour votre écoute !

Si vous souhaitez réagir à ce podcast, laissez un commentaire juste ci-dessous.

Si vous avez apprécié cet épisode de Parlons Forme (et le podcast en général), laissez une note et un commentaire sur iTunes (voir comment faire).

Votre avis compte beaucoup pour moi et les notes sont très importantes pour faire connaître le podcast et lui donner de la visibilité ! 🙂

Si vous avez déjà un compte, cela prend moins d’une minute, je compte sur vous 👍

Enfin, pour être sûr de ne rien louper, abonnez-vous sur iTunesYouTube, Spotify ou toute autre plateforme de votre choix (voir les liens sous le lecteur) et ainsi vous serez automatiquement informé lors de la publication du prochain épisode.

Découvrir un autre épisode de Parlons Forme

Pour compléter cet épisode, je vous propose de (re-)découvrir cet épisode où je vous donne 5 bonnes raisons de limiter votre consommation de céréales.

Mauvaise digestion du gluten dans le blé moderne, impact sur la glycémie et le cerveau, densité nutritionnelle faible, présence d’anti-nutriments… toutes ces raisons font vous devriez peut-être revoir votre position sur le fait de manger régulièrement (tous les jours ?) des céréales.

Episode à écouter ci-dessous ou téléchargez-le au format MP3 (Clic droit / Enregistrer sous…)

Accéder aux notes de cet épisode

Que ce soit pour les céréales, le sucre ou encore les produits transformés, il n’y a pas vraiment de débat (pour moi en tout cas) : autant que possible, il faut éviter d’en manger trop souvent donc oui ça veut dire qu’il ne faut pas en manger tous les jours.

D’une façon générale, les points de vue divergent concernant les produits laitiers. Je crois que cela peut s’expliquer avant tout par le fait que chacun, de par son propre code génétique, va plus ou moins supporter et digérer les produits laitiers... Oui nous ne sommes pas tous égaux face aux produits laitiers, voyons cela plus en détail…

Pour digérer le lactose, notre corps produit de la lactase. 30% seulement de la population mondiale continuent de produire cette enzyme passé l’âge de quatre ans. Cette situation est le résultat de notre évolution au cours de ces derniers milliers d’années et de l’importance que peut avoir le lait au sein de certaines communautés ou populations.

Si le lait est un pilier majeur de l’alimentation d’une communauté alors la sélection naturelle va faire que les personnes de cette communauté vont avoir plus de chance de bien digérer le lait que dans une autre communauté qui ne consomme que très peu de produits laitiers. Par exemple, on peut parler du fait que 90% du peuple Tutsi (Afrique de l’Est) ou encore 95% des Danois et Suédois produisent de la lactase tout au long de leur vie.

En ce qui me concerne, j’ai testé plusieurs fois la chose et je pense faire partie de ceux qui digèrent bien les produits laitiers, car je n’ai jamais remarqué d’effet négatif lorsque je consomme du lait, du fromage, du beurre ou encore de la crème.

Mais face à cela, j’ai aussi pu lire ou entendre de nombreux témoignages de personnes dont la vie a été radicalement transformée le jour où elles ont arrêté de consommer ce type de produits. Je sais donc que mon cas personnel n’est pas une vérité universelle et que chaque personne devra tester par soi-même pour savoir si elle supporte ou non les produits laitiers.

Sachez malgré tout que les produits laitiers sont loin d’être indispensables dans votre quotidien. Même si je les supporte, ma consommation de produits laitiers reste exceptionnelle pour la simple et bonne raison que nous n’en avons pas réellement besoin pour être en pleine forme. C’est ce que nous allons voir tout de suite !

---

Le premier point dont je tiens à vous parler concerne la transformation du lait.

Le lait que nous consommons aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui que pouvaient boire nos grands-parents ou même nos parents. Si vous pouviez voir la nostalgie dans les yeux de mon père lorsqu’il parle du lait de la ferme qu’il buvait chez sa grand-mère. Le goût, la texture… des sensations qu’il n’a jamais retrouvées dans les différents types de laits disponibles dans le commerce.

Il faut dire qu’après la Seconde Guerre mondiale, les choses ont bien changé. Le lait est alors devenu un produit de consommation de masse : il a fallu améliorer les rendements et standardiser la production afin d’obtenir un produit fini toujours similaire pouvant se conserver pendant des semaines. Une évolution qui a eu de nombreuses conséquences sur la qualité du lait en lui-même.

La qualité du lait vient avant tout de l’alimentation de l’animal qui va le produire. Les vaches sont faites à la base pour passer leurs journées à brouter de l’herbe. Mais pour des raisons de rendement, elles sont aujourd’hui enfermées dans des étables et mangent plus souvent des céréales que de l’herbe.

Une différence majeure qui fait que dans le premier cas de figure, le lait sera naturellement riche en oméga-3 (des acides gras qui ont des fonctions anti-inflammatoires) alors que dans le second il sera riche en oméga-6 (des acides gras pro-inflammatoires) dont nous devons limiter la consommation.

De plus, une vache ne produit pas naturellement du lait toute sa vie. Si elle en produit, c’est parce qu’elle a donné naissance à un veau. Le lait est alors riche en IGF-1, une hormone qui contribue à la croissance des veaux. Une trop grande quantité d’IGF-1 chez l’humain peut contribuer à l’acné ainsi qu’au développement de certains cancers. Le lait moderne contient aussi beaucoup d’œstrogènes et autres hormones féminines. Cela est le résultat de nouvelles techniques d‘insémination qui permettent à la vache de produire du lait dix mois par an (au lieu de six dans son état naturel).

Le souci est que le lait d’une vache en gestation contient quatre fois plus d’œstrogènes que celui d’une vache qui ne l’est pas. Consommer du lait peut alors entraîner un surplus d’œstrogènes et des déséquilibres hormonaux qui sont associés à bon nombre de problèmes de santé actuels tels que l’infertilité, le syndrome des ovaires polykystiques et les cancers des ovaires, de l’utérus, du sein et de la prostate.

Ajoutez à cela l’ensemble des traitements subis par le lait pour devenir le produit fini que l’on retrouve dans les rayons de nos supermarchés. Le lait est alors pasteurisé, homogénéisé, écrémé puis additionné de sucre, d’arômes artificiels, d’épaississants et de conservateurs.

Des techniques qui altèrent profondément la composition du lait et le rendent peu intéressant d’un point de vue nutritionnel. Nous sommes alors très loin du produit frais et naturel qui sert souvent à illustrer les emballages de ces mêmes produits...

Voyons maintenant ce qui peut poser problème lorsque l’on consomme des produits laitiers. Il y a deux composants du lait qui sont à l’origine des principales difficultés à le digérer.

Le premier est la caséine, une protéine étrangère à l’organisme qui, au même titre que le gluten, va avoir tendance à « coller » dans les intestins. Pour la digérer, votre corps doit la neutraliser en produisant des anticorps qui eux-mêmes vont provoquer la sécrétion d’histamines.

Si ces histamines sont trop présentes dans votre corps (en consommant des produits laitiers tous les jours par exemple) elles peuvent alors engendrer des rougeurs et démangeaisons, des maux de tête et des vertiges, des écoulements nasaux et des difficultés respiratoires, des ballonnements, diarrhées, nausées et douleurs abdominales, palpitations…

Sachez aussi que la caséine fait partie des suspects dans les cas d’inflammations articulaires que l’on retrouve souvent en cas d’arthrite rhumatoïde. Si vous êtes touché ce par ce mal, arrêtez les produits laitiers pendant trente jours et voyez si la situation s’améliore. Enfin, si vous souffrez déjà de problèmes de digestion ou de maladie auto-immune, la caséine peut renforcer ces conditions, il est alors préférable d’arrêter toute consommation de produits laitiers.

Le second composant problématique est le lactose, un sucre (= glucide), que vous ne pouvez digérer que si votre corps continue de produire de la lactase après la petite enfance. Sans lactase, votre digestion sera alors perturbée et vous risquez de souffrir de gaz, de ballonnements, de douleurs digestives, de diarrhées ou de constipation.

Quand on sait que près de 70% de la population ne produit plus cette enzyme passé l’âge de quatre ans, il est assez incompréhensible de voir des campagnes publicitaires recommandant à tout le monde de manger au moins trois produits laitiers par jour.

Le lait est un business qui fait tourner l’économie, il est donc indispensable que tout le monde fasse un effort et contribue à sa façon. Vous ne digérez pas le lait ? Pas de soucis, il existe des produits « légers » (sans lactose) qui sont plus faciles à digérer (et presque deux fois plus cher).

Ne serait-il pas plus simple d’arrêter de boire du lait ? Mais vous n’y pensez pas « ma petite dame » ! Le lait est indispensable à votre bonne santé ! Et puis vos os, vous y avez pensé à la santé de vos os ?

Prenons un peu de temps pour casser le mythe du calcium

Parle d’arrêter de consommer des produits laitiers et vous allez immédiatement entendre des voix protester qu’il s’agit là d’un comportement dangereux et irresponsable. Que vous allez fragiliser vos os et que vous risquez de perdre vos dents et vos cheveux ! (sincèrement, j’exagère à peine).

Dit comme ça, effectivement c’est assez effrayant, mais en y regardant de plus près il s’avère qu’il n’est pas dangereux d’arrêter de manger des produits laitiers. Au contraire, rien ne nous y oblige, encore moins de façon quotidienne. Vous pouvez trouver du calcium dans de nombreux aliments de votre quotidien. Nous pouvons citer par exemple :

  • Les légumes vert foncé tels que les épinards, les brocolis, les blettes et le chou frisé
  • Les sardines, merlus, anchois, harengs, crevettes,
  • Le chou rouge cru,
  • Les œufs,
  • Les amandes (entières, en purée ou en lait),
  • Le lait de noisette ou de coco,
  • La rhubarbe,
  • L’orange,
  • Les figues séchées…

Les herbes et les épices sont aussi une excellente source de calcium. On recommandera donc particulièrement le thym, la cannelle, les graines de cumin et de coriandre, le curry en poudre, le poivre noir moulu, mais aussi le cerfeuil, la menthe, le basilic ou le persil (frais de préférence).

Au même titre que les amandes, d’autres graines et oléagineux sont intéressants. La graine de sésame contient le plus de calcium. Il est préférable de la moudre avant de la consommer. Sans cela, elle risque de traverser notre système digestif sans être absorbée par notre organisme.

Nous pouvons compléter cette liste avec des noix du Brésil, des noisettes, des pistaches, des graines de tournesol ou encore de noix de macadamia. Enfin, certaines eaux riches en calcium (Hepar, Courmayeur ou Contrex par exemple) peuvent aussi favoriser votre apport quotidien en calcium.

Maintenant j’aimerais savoir si vous vous souvenez des phytates dont je vous ai parlé dans le 38eme épisode de ce podcast, celui où je vous ai donné 5 bonnes raisons de limiter votre consommation de céréales. Pour rappel, les phytates ce sont des anti-nutriments qui vont rendre difficile l’assimilation du calcium (entre autres vitamines et minéraux) par votre organisme.

En décidant de réduire votre consommation de céréales ou de légumineuses, automatiquement, vous favorisez au maximum l’assimilation du calcium par votre corps. Il n’est alors plus nécessaire de consommer du calcium « en excès » pour compenser sa mauvaise assimilation.

De plus, sachez que le calcium est loin d’être le seul élément nécessaire à votre bonne santé osseuse. La présence d’autres vitamines et minéraux joue un rôle crucial. Nous pouvons citer la vitamine K2, la vitamine D, mais aussi le magnésium et le phosphore. Autant de vitamines et de minéraux qui sont présents dans une alimentation riche et variée et qui seront d’autant plus faciles à absorber en éliminant les anti-nutriments de votre alimentation.

Enfin, au-delà de votre alimentation, c’est aussi votre mode de vie qui entre en jeu. Bouger de façon régulière met de la pression sur vos os et permet de les renforcer. Préférez une activité physique en extérieur ce qui vous permettra de vous exposer au soleil, un facteur essentiel pour synthétiser de la vitamine D, une vitamine indispensable pour une bonne métabolisation du calcium.

---

La nutrition n’est pas une science exacte dont les principes et les résultats vont s’appliquer et être compatibles pour tout le monde. Il n’est d’ailleurs pas si étonnant que l’on trouve tant d’études et d’informations contradictoires sur le sujet...

Chaque individu est UNIQUE et donc sa réaction face à tel ou tel type d’aliments va l’être aussi. Peut-être que vous digérez bien le lait, peut-être pas... Mais surtout, le cas le plus probable est que vous n’en as aucune idée, car dans les faits vous n’avez jamais suivi une démarche structurée pour identifier les aliments qui VOUS font du bien et ceux qui ne vous réussissent pas.

Vous ne l’avez jamais fait et c’est bien dommage, car clairement ça change la vie :

  • Plus d’énergie,
  • Moins de gras et de kilos superflus,
  • Un meilleur sommeil,
  • Moins de douleurs chroniques,
  • Une meilleure humeur,
  • Une plus belle peau,
  • Plus de confiance en soi et en sa capacité à agir et…
  • Tellement d’autres bénéfices !

Tout cela n’est pas un idéal inaccessible. C’est possible ! C’est à portée de main et cela peut être votre réalité d’ici quelques semaines. Comment ? Grâce à la découverte VOTRE Alimentation Idéale, celle qui vous fait du bien rapidement et sur le long terme. Pour tout savoir, rendez-vous sur le site alimentationideale.com où je vous explique en détail comment je peux vous accompagner dans cette démarche.

Je vous redonne l’adresse du site : alimentationideale.com

Dans tous les cas je souhaite une belle semaine et je vous dis à très vite pour le prochain épisode. Ciao !

  • Partager cet article

Commentaires

Laissez un commentaire

2017 - 2019 © ExtraForme.fr - Mentions légales