Jeûne Intermittent de 24 h : Pourquoi cela ne sert à rien ?

Le jeûne a tout pour plaire : il favorise la perte de poids, il améliore votre santé, il vous donne de l’énergie, etc.

Bien que bénéfique à tout point de vue, il a quand même ses limites.

Contrairement aux idées reçues, le jeûne intermittent de 24 h n’est pas le meilleur de tous.

Ah bon ? Mais c’est lequel, alors ? Et pourquoi ?

On vous en dit plus sur cette pratique alimentaire aux multiples bienfaits pour l’organisme.

Pratiquer le fasting : une efficacité optimale pour une bonne santé

L’idée de pratiquer le jeûne vous trotte dans la tête depuis un moment ? Et si c’était le bon moment pour commencer ?

Plein de bonne volonté, vous avez peut-être lu des articles à ce sujet dans les magazines et sur internet. Et là, vous voyez qu’il existe différents types de jeûne :

  • Le jeûne court, dont le jeûne intermittent. Il dure 2 jours au maximum ;
  • Le jeune long. Il peut aller d’une semaine à 1 mois, en moyenne.

Déjà, une petite réflexion s’impose. Quels sont vos objectifs ?

  • Perdre du poids naturellement ?
  • Retrouver la forme et la bonne humeur ?
  • Avoir plus d’énergie ?
  • Préserver sa santé ?
  • Lutter contre une maladie ?
  • Faire une cure détox ?

D’après vos analyses, c’est le jeûne intermittent qui semble vous correspondre. De plus, vous pouvez le pratiquer seul, sans trop de contraintes.

Là encore, il faut déterminer la durée de votre jeûne. Le fasting est le plus répandu. Il consiste à s’abstenir de manger pendant 16 h, avec une fenêtre alimentaire de 8 h.

Mais parce que vous êtes motivé et que vous voulez obtenir des résultats rapidement, vous vous dîtes que le jeûne intermittent de 24 h est mieux pour vous.

FAUX !

Pourquoi ? Des tests ont été réalisés pour connaître la durée idéale du jeûne intermittent : 15 h, 20 h et 24 h.

Et le grand gagnant est le jeûne intermittent de 16 h.

C’est le ratio 16/8 qui est le plus efficace sur l’organisme. À partir de 12 h, les effets positifs commencent tout juste à se voir, avec un pic entre 16 h et 20 h. Au-delà, il n’y a pas de grands changements, avec même des risques possibles pour la santé.

Jeûner pendant 24 h : quels sont les risques ?

Bonne nouvelle : vous n’êtes donc pas obligé de jeûner pendant 24 h pour atteindre vos objectifs. Inutile alors de jouer au super-héros, car vous prenez aussi des risques. Pourquoi on ne vous le conseille pas ?

D’une part, le rythme est beaucoup plus difficile à tenir que le jeûne intermittent 16/8. Tenir 24 h sans manger peut être vraiment difficile, surtout si vous êtes habitué à vos 3 ou 4 repas par jour.

Les risques de craquer sont plus importants, ainsi que les effets secondaires (tremblements, maux de tête, brûlures d’estomac, etc.). 

De plus, c’est un chamboulement dans la vie sociale. Vous devez réorganiser votre quotidien et faire l’impasse sur la plupart des repas de famille, les restaurants, les apéros entre amis et les petites collations. 

Aussi, il faut veiller à ne pas avoir un déficit calorique trop important qui mettrait votre santé en péril. Votre repas doit être un peu plus riche que d’habitude.

À partir de 24 h, vous perdez de la masse musculaire, car votre corps utilise les protéines à la place du sucre pour avoir de l’énergie. C’est pour toutes ces raisons qu’il est conseillé de se faire accompagner lors du jeûne intermittent de 24 h.

Alors pourquoi se compliquer la vie, lorsque l’on peut jeûner pendant 16 h et avoir quasiment les mêmes bénéfices ?

Néanmoins, certaines personnes préfèrent se tourner vers le jeûne intermittent 24 h en fonction de leur rythme de vie. C’est une alternative qui fonctionne tout aussi bien.

2 façons de jeûner pendant 24 h

jeûne intermittent 24 h

La pratique du jeûne de 24 h ne vous fait pas peur ? Vous avez envie d’essayer ? Alors, choisissez parmi ces 2 méthodes :

  • Le OMAD (One Meal A Day). Le principe est de manger 1 fois par jour. Par exemple, votre repas est à midi, tous les jours. 
  • Le jeûne 1 jour sur 2. Vous ne mangez rien pendant 24 h, puis vous faites une journée normale. Par exemple : jour 1 abstinence, jour 2 repas normaux, jour 3 abstinence, etc.

Ces deux façons de s’alimenter ne sont pas sans danger et doivent être pratiquées avec vigilance. Ce régime peut convenir aux personnes ayant un emploi du temps chargé, qui ne prennent pas le temps de manger.

Quoi qu’il en soit, il ne faut pas abuser de ce type d’alimentation et le voir plutôt comme une cure de courte durée. 

Vous pouvez aussi le pratiquer une ou deux journée de temps en temps, lorsque vous vous sentez prêt.

Le jeûne intermittent de 24h : nos conseils pour y arriver

Passer de longues heures sans manger n’est pas si facile que cela. Voici le schéma classique d’une personne mal préparée à jeûner :

Très motivée au début, elle se sent forte et prête à tout pour atteindre ses objectifs (perte de poids, meilleure santé, dynamisme, etc.).

  • Jour 1 : cela commence plutôt bien, avec des fringales de temps en temps et quelques effets secondaires. Elle résiste et arrive à surmonter sa faim.
  • Jour 2 : les efforts sont de plus en plus difficiles, avec des fortes envies de grignotage. Elle y arrive tant bien que mal.
  • Jour 3 : la sensation de faim est trop forte, elle craque et culpabilise. Son moral est au plus bas.

Ceci n’est qu’un aperçu de ce qui peut vous arriver si vous avez mal anticipé le jeûne intermittent de 24 h (ou moins, d’ailleurs).

Vous voulez y arriver ? Suivez nos conseils :

  • Commencez lentement, mais sûrement. Au lieu de vous priver de nourriture pendant 24 h d’emblée, procédez par étapes. D’abord 16h, puis 20 h, puis 24 h, par exemple ;
  • Privilégiez le jeûne de 16 h si vous êtes débutant. Il est plus facile à faire et à mettre en place ;
  • Buvez beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. Toutes les boissons sont autorisées, à condition qu’elles soient sans sucre ;
  • Préparez votre planning à l’avance. Il est impensable de se retrouver à une réunion d’affaires importante le ventre vide ;
  • Mangez à votre faim le reste du temps. En sautant un ou plusieurs repas, vous avez forcément un apport calorique plus faible que d’habitude. Ne sautez pas sur la nourriture, mais n’essayez pas non plus de diminuer les quantités. Ce n’est pas un régime à proprement parlé et qui dit déficit calorique, dit métabolisme ralenti, avec un risque de surstockage ;
  • Faites des activités douces. C’est le meilleur moyen d’avoir l’esprit occupé, sans penser à l’horloge. Bien sûr, évitez d’avoir l’heure sous les yeux.

Envie de trouver une solution efficace et durable pour être en pleine forme ? Téléchargez gratuitement votre guide complet Objectif ExtraForme

All Categories:

  • Partager cet article

Commentaires

Laissez un commentaire

2017 - 2019 © ExtraForme.fr - Mentions légales